1111
  • Article publié le 6 juin 2014
  • /
  • 176 visites

De l’argent pour changer les choses

Après l’Accord national interprofessionnel (ANI) qui marquait une grave régression des droits sociaux des salariés, le pacte dit de « responsabilité » se traduit par la suppression des cotisations familiales patronales, soit un nouveau cadeau de 30 milliards d’euros d’exonérations sociales pour les entreprises et la baisse de 50 milliards d’euros les dépenses publiques en trois ans :

Le plan de réduction de la dépense publique se traduit de la façon suivante : 18 milliards d’euros sur l’Etat et ses agences ; 11 milliards sur les collectivités territoriales ; 10 milliards sur l’assurance-maladie ; 11 milliards sur les prestations sociales.

La CGT dénonce l’absence de contreparties demandées au patronat en échange des baisses de charges prévues dans le "pacte de responsabilité".

Ce pacte de responsabilité rentre dans les 230 milliards d’euros, somme vertigineuse des multiples aides et exonérations sociales et fiscales dont bénéficient chaque année les entreprises françaises de la part de l’Etat et des collectivités locales.

Ces aides et exonérations sont censées soutenir l’emploi, avec le résultat que l’on connaît : plus de cinq millions de demandeurs d’emploi et un chômage qui augmente de manière continue depuis plus de deux ans...

La manne des plus de 230 milliards d’euros de fonds publics dont bénéficient les entreprises constitue de ce point de vue un gisement considérable de moyens mobilisables pour une autre politique.

230 milliards, c’est l’équivalent de + de 10 % des richesses produites en France en 2013.

230 milliards, c’est + de 10 fois ce que seraient, selon le gouvernement, les besoins de financement des retraites en 2020.
230 milliards, c’est + de 100 fois la somme nécessaire pour augmenter de 1% la valeur du point d’indice de la fonction publique !

En France, en 2013, 120 milliards d’euros sont allés dans la poche des actionnaires.

[rouge]La CGT revendique :[/rouge]
- Des mesures de progrès social et de répartition des richesses permettant notamment d’augmenter les salaires dans la Fonction publique.



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20