1111

Actualités des luttes 2017

  • Article publié le 6 juillet 2017
  • /
  • 64 visites

La CGT Région Hauts de France refuse de se faire manipuler par le Président de Région et sa mascarade de dialogue social

Le Président de la Région Hauts de France se targue dans les media d’avoir réussi la fusion des deux Régions en 15 mois. Pourtant, 18 mois après la fusion, le constat est le suivant : le dialogue social est bafoué, les agents et leurs représentants du personnel méprisés. Les conditions de travail sont dégradées et la souffrance au travail explose.

Les agents des lycées :

· L’Institution se cache toujours derrière la double autorité fonctionnelle pour se décharger de ses responsabilités d’employeur et éviter de protéger ses agents du détournement de leurs missions premières par certains établissements,
· L’Institution préfère ne pas régler les problèmes de fond et pousser les agents à se mettre en arrêt de travail ou à demander une mobilité,
· Le Président commande un audit d’efficacité budgétaire en cherchant à tout prix à externaliser des missions pour faire des économies qui en réalité n’en sont pas. Le seul objectif est celui de la casse du service public,
· La politique de dotation des postes à l’échelle des Hauts de France ne prend pas en considération les besoins réels des établissements en personnel et leurs spécificités de fonctionnement.

Les agents des sièges et des Ports :

· Des organigrammes passés au pas de course, des pseudo concertation des agents, aucune écoute des syndicats … pour au final dépouiller certaines directions de la plupart de leurs postes et en gonfler artificiellement d’autres,
· Des lignes hiérarchiques rajoutées pour privilégier les encadrements mais des agents laissés pour compte sans arrêté d’affectation sur les postes : une vraie contradiction par rapport à l’affichage de simplification et d’agilité de la nouvelle collectivité par le Président,
· Des mobilités préconisées voire forcées sur des postes qui ne détaillent même pas le métier attendu,
· Une gestion catastrophique des Ressources Humaines qui génère burn out et bore out et une souffrance au travail qui explose : une situation si grave que le service de la médecine préventive va se retrouver bientôt sans aucun médecin,
· Une dénaturation des missions des cadres dont on retire la mission d’aide à la décision politique dans l’intérêt général,
· Une méconnaissance des missions réellement exercées par les agents et des compétences qu’elles nécessitent (cf Référentiel Métiers des Hauts de France),
· Une profusion d’outils numériques non adaptés ou livrés non finalisés, sans consignes précises d’usage, qui viennent accroître la perte de sens du travail des agents et augmenter inutilement leur temps de travail.

Pour tous :

· Le Président a fait le choix d’appliquer aux agents un nouveau régime indemnitaire. Va être bientôt imposée à tous une prime au mérite et ce au vu de critères subjectifs. Les élus s’imposent-ils aussi une prime au mérite au vu de leurs décisions désastreuses pour les agents et les services publics régionaux ? Non, par contre, le Président de Région, aussitôt élu, a fait voter une hausse de ses indemnités régionales pour ne pas perdre son train de vie au prétexte qu’il quittait un de ses mandats tandis que, dans le même temps, certains agents sont contraints de recourir aux Restos du Cœur. Des économies ? Visiblement, pas pour tout le monde !
· Une remise en question des conquis sociaux (réduction de l’aide au transport, remise en cause de la garde enfants, dispositifs d’action sociale au rabais…). Etc…

Après dix-sept mois de demande et d’attente, le Président invite les syndicats à le rencontrer. La CGT Région Hauts de France a décidé de ne pas participer à cette réunion du 7 juillet de 2h pour 9 syndicats (13 minutes par syndicat, questions réponses comprises ; c’est inacceptable !). Cette rencontre est juste proposée pour servir de faire valoir au Président de Région et lui permettre de se vanter de son dialogue social dans la presse alors que la réalité est toute autre. Est-ce sérieux pour une collectivité de près de 10 000 agents ?

Animée par la volonté d’un dialogue social constructif, dans une ambition de progrès social, la CGT Région Hauts de France renouvelle sa demande de rencontre individuelle avec le Président de Région afin d’aller réellement au fond des sujets et de remettre au cœur de ses préoccupations le bien-être et la compétence des agents, comme la CGT Région Hauts de France le réclame à travers ses revendications.

Télécharger au format PDF

Mail à tous les agents CGT Hauts de France sur la proposition de rencontre des syndicats par le Président de Région 7 juillet 2017


A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20