1111
  • Article publié le 13 novembre 2019
  • /
  • 4302 visites

Note n° 2 préparation du 5 décembre 2019

Préparation de la grève à partir du 5 décembre pour faire reculer Macron et imposer le retrait pur et simple de son projet de système universel de retraites par points, pour la défense de la CNRACL

Vous trouverez dans cette note :
- L’intervention de Natacha Pommet au CCN le 5 novembre 2019
- Une première liste de syndicats qui ont convoqué des assemblées générales et déposé des préavis
- Quelques arguments, remarques et propositions.

Intervention de Natacha Pommet au CCN des 5 et 6 novembre 2019 au nom de la Fédération des Services publics

« Avant toutes choses, je souhaitais saluer notre camarade Hervé Ossant, lui assurer le soutien plein et entier de la fédération. Également, apporter notre soutien aux camarades de l’UL de Foix qui ont été expulsés de leurs locaux par la force publique hier matin.

Face aux attaques subies et nous serons tous d’accord là-dessus, il est temps que les travailleurs mettent un coup d’arrêt. Et c’est notamment ce dont nous devons débattre aujourd’hui, ce que propose Fabrice dans son rapport : comment se mettre en mouvement pour gagner !

Prenons acte de plusieurs éléments :

Le premier, le 52ème congrès confédéral a affirmé que la CGT mobiliserait pour le retrait du projet de loi retraite.

En second lieu, La CGT a besoin de se mettre en ordre de bataille pour créer une mobilisation à la hauteur de l’enjeu, mais aussi à la hauteur du mécontentement grandissant dans le pays. Depuis le début du mois d’octobre et l’appel des OS de la RATP à une grève illimitée à partir du 5 décembre, plusieurs organisations de la CGT ont mis en débat dans leurs instances de direction la perspective d’une telle initiative.

Il ressort notamment de ces débats que seul un mouvement visant à toucher l’économie pourrait stopper ce gouvernement et sa politique régressive.

Pour ce faire, il est nécessaire que la CGT, dans son ensemble, propose un plan de travail et un calendrier pour inscrire un mouvement dans la durée à partir du 5 décembre.

La fédération compte s’inscrire dans ce mouvement et a d’ailleurs plusieurs propositions à faire :

- La fédération des services publics tient son congrès du 18 au 22 novembre à Montpellier. Des camarades parisiens, licenciés par la Mairie de Paris pour action militante ont proposé d’effectuer un tour des luttes en ralliant Montpellier à Paris, en vélo du 22 novembre au 5 décembre avec 14 étapes : À chaque étape l’idée est de participer à des débats avec des secteurs en lutte, des salariés, avec nos CSD, mais aussi dans les UD, dans les UL, bref de participer à faire monter la mobilisation à travers ce tour des luttes. D’ores et déjà la fédération a adressé un courrier à destination des départements traversés par ce Tour des luttes. : Le Gard (Nîmes et Bagnols-sur-Cèze), la Drôme (Montélimar et Valence), l’Isère (Vienne), le Rhône (Lyon), la Loire (Roanne), l’Allier (Vichy et Montluçon), le Cher (Bourges), le Loiret (Orléans), l’Essonne (Étampes), le Val de Marne (Orly) avec notamment l’accent mis sur le référendum contre la privatisation d’ADP et enfin Paris.

- Toujours dans le secteur des déchets, la fédération des services publics, avec la fédération des transports proposent d’organiser des débats dans plusieurs grandes villes comme Marseille, Nantes et se mettent à disposition si besoin pour sensibiliser à la fois sur les problématiques retraites dans la filière déchet, mais également sur les enjeux de services publics et fonction publique.

- D’autres secteurs de la fédération sont et seront dans l’action : les pompiers, les personnels des EHPAD et des Services d’aide à domicile...

- La fédération a déposé un préavis de grève couvrant une période d’un mois pour commencer à compter du 5 décembre, elle a également communiqué un plan de travail aux syndicats de son champ dès le 24 octobre et réalise un recensement des initiatives prises pour la mobilisation partir du 5 décembre.

- Mise à disposition des syndicats des affiches et autocollants (+ de 100 000) avec le slogan « la retraite par points ni pour moi, ni pour mes enfants, pas touche à nos caisses de retraite », diaporama diffusé depuis plus de 6 mois aux syndicats pour des journées d’étude

- Appel unitaire avec FO, Solidaires, FAFPT, FSU qui conclut sur la mobilisation et grève du 5 décembre et engage un plan d’action.

Le compte rendu du bureau confédéral du 28 octobre propose de faire de la journée du 7 décembre une nouvelle journée nationale interprofessionnelle, cette dernière peut effectivement être concevable, mais dans le cadre d’un processus de grève à partir du 5 décembre.

Il est important, à la lumière des mouvements passés que les luttes se déroulent à l’intérieur des boîtes avec des arrêts de travail organisés, des piquets de grève et des assemblées générales de salariés pour décider des suites du mouvement. Les moments forts de manifestation ne doivent pas être les uniques lieux de contestation, mais bien un moment où les grévistes se retrouvent.

Comment organiser le mouvement pour durer et gripper la machine, comment ne pas céder un pouce de terrain. En ce sens, la contribution de l’UD des Bouches du Rhône à l’occasion de la consultation du CCN sur l’organisation, au plan national, d’un processus de grève prévoyant l’intervention de différents secteurs à différents moments pour faire durer le mouvement et le rythmer nous semble de notre point de vue intéressant.

Enfin, la décision prise ce weekend à Montpellier à l’assemblée des assemblées des Gilets jaunes doit être prise comme un élément favorable dans l’élaboration du rapport de force et la volonté commune de réaliser le « tous ensemble », leur envoyer un message comme l’a proposé Eric Cantarruti est une bonne proposition.
C’est pourquoi, et je finirais par-là, une déclaration du CCN, avec un plan de travail précis et des objectifs clairs nous semble indispensable. »

Un argument : nous l’avons dit depuis le début, la grève à partir de 5 décembre n’annule pas toutes les revendications et négociations locales en cours. Par contre, obtenir une large mobilisation des agents le 5 et le cas échéant après, cela revient à renforcer le rapport de force pour les négociations locales. Si l’on fait reculer Macron et que l’on gagne le retrait de son projet sur les retraites, tous les dossiers seront mis sur la table des négociations ! Tout sera ouvert pour gagner sur l’ensemble de nos revendications !

Parmi les informations reçues à la fédération

- Ivry (94) : tract fédéral avec liste des assemblées générales du syndicat (le 6/11, le 14/11 et le 18/11) et assemblée générale du personnel le lundi 2 décembre à 14h. La première AG concernait les agents de la voirie qui ont décidé de faire grève le 5 décembre. Le syndicat indique que : « ils veulent savoir comment ça va bouger chez les collègues et dans les autres branches. On travaille à organiser la grève dans la durée en relançant l’idée de caisses et initiatives de solidarité. On tourne d’abord dans les services, on consultera les camarades lors d’une AG le 14/11 en les alimentant sur les informations nationales, départementales et locales ; on invite tout le personnel juste avant le 5. Notre délégué sera rentré du congrès fédéral et pourra aussi alimenter le débat ».

- CD de Seine-Maritime : la CE a adopté son plan de mobilisation (envoi lundi 4/11 d’un journal CGT à tout le personnel dont 2 pages contre le projet de Macron-Delevoye, édition d’un tract CGT/SUD pour le 5, organisation de réunions d’information syndicale avec le syndicat SUD : le 21/11 matin à Rouen, le 21/11 après-midi au Havre, le 25/11 matin à Dieppe. Le syndicat indique que « dès le 5 décembre, nous devrons être en capacité de nous positionner. Si la mobilisation de nos collègues n’était pas suffisante pour permettre d’avoir une efficacité en grève reconductible, le syndicat a acté le principe de mener des actions quotidiennes à destination de nos collègues pour les convaincre et les inviter à venir rejoindre les rangs des salariés mobilisés ! » Pour cela, précise le plan, « des diffusions d’un journal quotidien des états des mobilisations et des arguments concrets sur les retraites est notamment envisagé, des AG du personnel avec les autres services publics (État, Ville de Rouen, Ville du Havre, Métropole,…) sont à prévoir ». Le plan du syndicat se conclut par la proposition suivante : « Nous pensons qu’un appel à mobilisation sur Paris très rapidement après le 5 décembre sera aussi de nature à favoriser le développement de la mobilisation. Nous interpellons donc nos structures sur cette question ».

- Le Muretain agglo et la mairie de Muret (31) : tract des deux syndicats qui revient le sur contenu de la réforme Macron et propose « une vaste campagne d’information et de débats dans l’ensemble des services ». Deux réunions communes sont convoquées, le 19/11 et le 26/11. Le syndicat du Muretain agglo a quant à lui établi son plan de travail en 18 points, du 3 novembre au 5 décembre (date des tractages, dates des heures d’infos, des AG, la formation sur les retraites de l’UD, la réunion publique de l’UL…)

- CD du Morbihan (56) : Un appel intersyndical CGT et FO a été édité et largement distribué le 5 novembre devant le CD. Un autre tract est en préparation. Dépôt d’un préavis de grève pour le retrait de la réforme et lien avec les revendications locales. AG prévue le 5/12 après midi pour l’ensemble du personnel pour la suite du mouvement.

- Le Boucau (40) : réunion d’information le 14 novembre, de 8h à 11h pour débattre du contenu des attaques du gouvernement contre les retraites et préparer la grève du 5 décembre.

- Bobigny (93) : tract d’appel à la grève reconductible à partir du 5 décembre, assemblée générale des syndiqués le 28 novembre de 10h à 11 h et assemblée générale du personnel de 11h à 12 h.

- Compte rendu de la réunion Fonction publique du 4 novembre de l’UD 13 : présentation du plan de travail interfédés : présentation de la journée d’études de l’UD sur la réforme des retraites, concernant la préparation de la grève, l’UD précise : « Tous nos syndicats sont engagés dans la construction de cette décision historique qui nous fera proposer partout la grève et sa reconduction sous toutes les formes possibles avec des AG, heures d’infos, tractages, tournées de service, affichages, etc. Il est rappelé l’importance du travail avec nos UL. Tracts, affiches, cartes pétitions sont disponibles à l’UD. Tous appellent à la grève le 5/12. Tous rappellent qu’il faut lier bataille sur les retraites et revendications d’actualité dans nos différents secteurs (loi FP, plan Darmanin, souffrance au travail, emploi, etc.). Tous travaillent la mobilisation en recherchant l’unité syndicale la plus large (par ex à la Métropole avec FSU, FO, et peut-être UNSA, ou chez les Tx avec CFDT). Certains réfléchissent aux différentes formes de la reconduction : débrayages 1h ou 2h sur des moments impactant (Gardanne), blocage de services stratégiques (DRDJSCS), reconduction sur secteurs très mobilisés (ex petite enfance à Martigues), reconduction 1 jour sur 2 ou sur 3, grève tournante sur différents sites, etc. Le mot d’ordre est partout à l’imagination avec les personnels. La note se termine sur l’appel à une AG de tous les syndicats FP le vendredi 6/12 (à 14h ou 16h à déterminer) à l’UD, pour discuter ensemble des suites de la grève en recherchant des initiatives communes dans les différentes formes de reconduction.

- Montreuil (93) : convocation d’une assemblée générale le 13 novembre de 14h à 17h avec la participation de Catherine Perret de la direction confédérale.

- Bagneux (92) : mercredi 5 novembre, l’AG des syndiqués de Bagneux a voté : appel à la grève du 5 à l’unanimité ; appel à la reconduction le 6 voté à l’unanimité ; mandatement d’une délégation pour travailler à l’interpro (à l’UL) réunion le 12 novembre. Un préavis est déposé du 5 décembre au 5 janvier 2020 et une demande de RDV est envoyée au Maire. Adoption d’un plan de travail de trois semaines pour distribution dans tous les services et AG du personnel le 29 novembre.

- Angers (49) : édition d’un tract intersyndical CGT et FO intitulé « À compter du 5 décembre 2019, tous en grève pour faire aboutir nos revendications », qui présente la liste des 8 réunions d’infos syndicales programmées dans les différents services de la ville du 25 au 28 novembre.

- CSD du Puy-de-Dôme : « La note de campagne n°1 a été mise à l’ordre du jour du comité départemental ainsi que le 4 pages de la confédération. Il a été décidé de conjuguer l’opération de distribution des calendriers de fin d’année à l’échelle du département (15 000 calendriers au total) avec une diffusion d’informations sur cette réforme scélérate des retraites. Parallèlement, la CSD a proposé d’aider les syndicats en planifiant des réunions d’infos syndicales. En ce qui concerne l’appel du CCN, les territoriaux ont participé au congrès de leur UD (7 et 8 novembre) et ont donc eu l’information directement du SG de l’UD et de Philippe Martinez. L’appel sera diffusé aussi par mail et le sujet sera aussi traité au prochain comité départemental du 19 novembre. À venir, une journée d’étude spécifique sur cette thématique ».

- Nous avons reçu les préavis de grève déposés par : le syndicat du CD 64, le syndicat de Pamiers (09)…

La fédération invite les syndicats à décider partout d’Assemblées Générales pour le mois de novembre, voir juste avant le 5 décembre. Rappel : le cumul des heures mensuelles d’information syndicale peut être autorisé, dans la limite de trois heures maximum. Chaque agent, syndiqué ou non, peut assister, à son choix et sans perte de salaire, à une heure d’information syndicale à raison d’une chaque mois.

Faire en sorte que les AG/Heures d’info se tiennent partout. Dire cela ne signifie pas faire pression sur les syndicats. Il s’agit tranquillement de se lancer, d’inviter les syndiqués et les collègues à lire et écouter nos arguments, à discuter de la question de la grève, de sa poursuite. Nous ne sommes pas comptables de déclencher la « grève générale », mais de jouer notre rôle là où nous sommes. Ce sont ces milliers de canaux qui vont constituer la déferlante qui contraindra Macron à reculer. Si la mobilisation du 5 décembre restait limitée dans certaines collectivités, rien ne dit que dans les jours qui suivront, les agents ne se radicaliseront pas davantage au vu de la poursuite de la grève dans d’autres secteurs.

=> Nous mettons à l’ordre du jour de nos instances l’appel du CCN, qui invite à préparer la grève DÈS le 5 décembre et précise : « d’ici le 5 décembre, le CCN de la CGT appelle à poursuivre la construction de l’action par la tenue d’Assemblées Générales dans les entreprises, les services publics et les administrations, pour que les salarié-e-s et agent-e-s décident, sur la base de leurs revendications et dans l’unité, des modalités des actions, de la grève, de sa reconduction pour un mouvement qui s’inscrit dans la durée afin de gagner le progrès social ».

=> Décidez et faites remonter la date des AG au plus vite.
=> Vous avez le matériel fédéral ? Il a été livré dans les CSD.

Au cours de l’AG, on fait quoi ?

- Votez la grève pour le 5

- Décidez de la tenue d’une AG de reconduction. Reprenons le principe de la grève jusqu’à satisfaction des revendications, de la grève pour gagner.

- Faites éventuellement voter une motion, qui marque votre détermination. AU FUR ET À MESURE. LES MOTIONS ADOPTÉES SERONT MISES EN LIGNE SUR LE SITE FÉDÉRAL = CHACUN POURRA S’EN INSPIRER.

- Décidez de toutes initiatives de blocages : occupation du hall de la mairie, jonction avec les entreprises/collectivités du secteur, blocages de ronds-points autour des sites, banderoles sur les axes routiers, renfort des piquets de grève SNCF, RATP (Paris), RTM (Marseille), TCL (Lyon), avec l’accord des grévistes sur place bien entendu…

- Discutez de la possibilité d’une caisse de grève

- Prenez contact avec les UD, l’UL pour mener des actions interprofessionnelles, en prenant appui sur l’appel du CCN.

- Dans les écoles, pouvons-nous établir des plans en commun avec les syndicats enseignants du 1er degré ?


A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20