1111
  • Article publié le 21 janvier 2019
  • /
  • 1424 visites

Préavis de grève Syndicat CGT du Département du Vaucluse

Avignon, le 18 janvier 2019
Monsieur Le Président du Département du Vaucluse
Hôtel du Département
Rue Viala
84909 Avignon cedex 9

Objet : préavis de grève reconductible de 0 à 24 heures du jeudi 24 janvier 2019 au lundi 4 mars 2019 inclus pour l’ensemble des personnels de la collectivité.

Monsieur le Président,
Le pays traverse une grave crise sociale et politique. Le mouvement des gilets jaunes, la mobilisation des lycéens, les différentes luttes engagées dans la période démontrent que les travailleurs, du public, du privé, indépendants, les privés d’emplois, les jeunes et les retraités rejettent massivement la politique antisociale du gouvernement et sont disponibles pour la mobilisation collective.
Nous nous félicitons de ce contexte et de ces expressions d’opposition et de revendications.
Nous condamnons la répression féroce visant à faire taire ces expressions et à y mettre un terme. Nous déplorons qu’il ait fallu des morts et des blessés pour que le gouvernement commence à entendre l’exigence de justice sociale que notre organisation syndicale porte de longue date. Pour autant, les réponses apportées à ce stade ne sont clairement pas à la hauteur des attentes.
C’est une augmentation générale des salaires, du point d’indice du traitement des fonctionnaires, des pensions et des minima sociaux qui est nécessaire, et qui doit être financée par une contribution fiscale accrue des plus fortunés.
Dans la Fonction publique, le gouvernement a encore fait le choix le 21 décembre de ne pas répondre aux revendications relatives aux rémunérations et il persiste dans sa volonté de briser le Statut des fonctionnaires et de réduire drastiquement le périmètre des missions de la Fonction publique. Les politiques de destruction massive de la Fonction publique se poursuivent. Alors que montent les exigences de justice sociale et de renforcement des services publics de proximité, le gouvernement prévoit en particulier :
- La généralisation du recrutement contractuel, c’est-à-dire le développement de la précarité, l’accroissement des inégalités entre agents, la facilitation du recrutement clientéliste ou partisan, qui engendrent des risques majeurs sur l’égalité de traitement des usagers ;
- L’affaiblissement des libertés syndicales et des organismes de représentation qui soumettra ainsi davantage les agents à l’arbitraire ;
- La généralisation de l’individualisation et du caractère aléatoire des rémunérations, facteur d’inégalités et de précarité pour les personnels.
Les projets gouvernementaux concernant notre système de retraite sont également porteurs de reculs dramatiques.
Aussi pour toutes ces raisons, dans le champ de la Fonction publique territoriale, sur le plan national, nous revendiquons :
- Le dégel immédiat du point d’indice de la Fonction publique et l’augmentation des salaires du public et du privé sur la base du SMIC à 1 800 €, des pensions et des minimas sociaux ;
- Le rétablissement de l’Impôt Sur la Fortune ;
- Un moratoire sur l’augmentation des taxes ;
- L’arrêt des suppressions de postes et fermetures des services publics, la réouverture de services publics et sociaux de proximité pour répondre aux besoins des populations dans une organisation équilibrée et écologiquement responsable des territoires, qui passe notamment par un développement du transport ferroviaire ;
- Le recrutement massif d’emplois statutaires et l’ouverture de postes nécessaires, à l’opposé des régressions contenues dans le plan Action Publique 2022 ;
- L’arrêt de toute augmentation du temps de travail et la réduction du temps de travail à 32h ;
- La sauvegarde et le développement de notre système de protection sociale et de notre système de retraite, à l’inverse du système par points voulu par le gouvernement ;
- Un aménagement équilibré du territoire qui passe par la lutte contre la concentration de l’activité sur les métropoles, véritables « territoires entreprises » au seul service des grands groupes donneurs d’ordres et de leurs actionnaires, par le maintien des départements et des compétences communales, et par le réengagement financier de l’État à hauteur des besoins exprimés.
Au Département du Vaucluse, sur le plan local, nous portons également l’exigence de :
- Du respect des obligations statutaires notamment par la mise en oeuvre d’étude d’impact sur les conditions de travail des agents dans le cadre de la réorganisation de grande ampleur des pôles, directions et services et dans l’attente la suspension de cette réorganisation ;
- La suspension de la mise en oeuvre de la nouvelle organisation de l’Agence routière de Pertuis, la mise en oeuvre d’une étude d’impact sur les conditions de travail des agents et la mise en place d’une enquête CHSCT ;
- Des moyens humains et financiers nécessaires, à hauteur des besoins du public et des enfants à protéger, afin de garantir à la fois, le maintien d’un dispositif de qualité et la mise en oeuvre à égalité de droit des missions de service public, dont celui de la Protection de l’Enfance ;
- De l’arrêt des remises en cause des budgets, le maintien de tous les emplois et des capacités d’accueil et de placement de toutes les associations et des établissements publics ;
- De l’arrêt d’une gestion des postes éclatée et morcelée par pôles, mettant en concurrence les directions entre elles ;
- Du remplacement sans délais des agents absents et partant à la retraite ;
- La création d’emplois statutaires dans tous les services qui en ont besoin et l’arrêt de l’ouverture à des privatisations des missions d’entretien dans les collèges ;
- De l’arrêt des procédures d’entretien professionnel mises en oeuvre dans le cadre du RIFSEEP, permettant au cadre hiérarchique direct une individualisation de la fiche de poste de chaque agent ;
- Du respect des obligations statutaires imposées par la loi en termes d’Instances représentatives du personnel et l’arrêt des manoeuvres qui constituent une entrave à leur exercice ;
- L’intégration des agents de sécurité dans les effectifs de la collectivité et le statut de la Fonction Publique Territoriale ;
- L’accès de ces agents à des formations permettant de faire évoluer les fonctions de ces postes sur des logiques autres que strictement sécuritaires ;
- L’arrêt d’une organisation de travail tournante de ces agents sur les sites concernés et la stabilisation de leur affectation dans un établissement, comme membre à part entière du collectif de travail de cet établissement ;
- La prise en compte égalitaire des voeux des agents pour les affectations sur les nouveaux postes, au plus près de leur résidence administrative, y compris pour les personnels d’encadrement ;
- Du respect des droits individuels à congés et du droit du choix au temps libre, et donc du retrait de la disposition prévue pour 2019 de fermetures des services et de soustraction de trois jours de congés annuels…
Afin de permettre aux personnels d’exprimer leurs revendications et de prendre des décisions d’action, notre organisation syndicale dépose un préavis de grève de 0 h à 24 h pour les journées des 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30 et 31 janvier 2019, des 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28 février 2019 et des 1, 2, 3 et 4 mars 2019 pour l’ensemble des personnels de la collectivité.
Notre syndicat se tient à disposition pour être reçu dans le cadre de ce préavis, afin de porter les revendications des personnels.
Nous vous prions de croire, Monsieur le Président, à l’assurance de notre meilleure considération

Documents joints

1 Document pdf pdf



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20