1111
  • Article publié le 14 mai 2020
  • /
  • 768 visites

Notre vie n’est pas leur jeu (de société)

Après la publication de la plateforme commune signée par la CGT et 17 autres associations et organisations syndicales « Pour que le jour d’après soit en rupture avec le désordre néolibéral », nous avons décidé de lancer une pétition.
Cette pétition invite tous ceux qui partagent le constat dressé d’urgence sociale et écologique à se mobiliser pour que « l’Après » soit construit ensemble, en rupture avec les politiques menées jusque-là. Elle a pour objectif de populariser et de mettre en débat un certain nombres de propositions répondant tant à l’urgence de la situation, qu’à ouvrir des pistes pour après.

Certes, la pétition ne porte pas toutes les propositions que la situation imposerait. Cependant, les premiers axes qu’elle met en débat permettent déjà de créer les conditions que le plus grand nombre de salariés, de retraités, d’étudiants… s’engagent afin de peser sur le sens que doit prendre le débat qui s’installe dans notre pays sur l’après.

Elle a été mise en ligne simultanément par l’ensemble des 18 organisations le 7 avril. Elle recueille, en l’espace d’un mois, près de 200 000 signatures. Ce texte a surtout été l’occasion d’une multitude d’initiatives, de débat, de rencontres et de mobilisation. Le 1er Mai a vu fleurir des milliers de pancarte sur les balcons, sur les réseaux sociaux : « Le jour d’après je veux… »

Un clip pour la populariser

Dans ce court clip animé, 2 équipes s’affrontent. La première représente le « statu quo », la continuité d’un monde inégalitaire régi par la seule loi du marché. La seconde représente la « solidarité » qui défend la justice sociale, les services publics, la relocalisation écologique de l’économie et une fiscalité plus juste.

Autour d’un plateau de jeu illustrant un planisphère, l’équipe « solidarité », dont les membres représentent la société civile dans sa diversité, va changer les règles du jeu pour transformer le monde dans une perspective solidaire et écologique.


Voir aussi :
- La CGT s’adresse au Président pour agir maintenant et après (vidéo et tract)
- Plus Jamais ça, construisons ensemble le Jour d’Après ! 15 associations et syndicats lancent une pétition pour un Jour d’Après écologique, féministe et social



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20