bandeau
Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Communiqué CGT | 3ème jour de grève des salariés d’OURRY à Noisy Le Sec La direction joue de la provocation Les salariés répondent : détermination !

Les salariés du site de collecte des déchets de l’entreprise OURRY de Noisy le Sec, en sont à leur 3ème jour de grève. Mouvement suivi aussi massivement sur les sites de Courbevoie et Meaux.

L’annonce par la direction d’une « augmentation de 0,5% » sur une fiche de paie qui ne dépasse péniblement le salaire minimum que grâce aux primes, a définitivement convaincu les salariés de porter plus fortement leurs revendications. Cette proposition d’augmentation de salaire a été reçue comme une véritable provocation et a été jugée en tout point inacceptable par les salariés.

Inacceptable car elle est en dessous de l’élévation du cout de la vie.
Inacceptable compte tenu de la pénibilité des métiers.
Inacceptable compte tenu des risques sanitaires de la profession.

Aussi les salariés revendiquent :
- une augmentation de salaire base de 3%.
- l’embauche de personnel et l’attribution de moyens matériels supplémentaires.
- l’égalité des primes et le déplafonnement de la prime d’ancienneté.
- le respect des instances représentatives du personnel.
- la mise en conformité des sites.

La direction non seulement refuse d’ouvrir de véritables négociations mais usent de tous types de manœuvre pour tenter d’entraver le droit de grève. Elle a par ailleurs fait appel à un huissier, qui ne fait que constater, la grève massive des salariés !

Nous sommes là face à des patrons qui essaient d’intimider et de démobiliser des travailleurs et alimentent les tensions au lieu de jouer la seule carte de l’apaisement, la négociation !

Ce climat dégradé a ainsi provoqué un évènement grave, puisqu’un chauffeur d’une benne à ordure, lors d’un contrôle CHSCT de son véhicule, a foncé sur un gréviste. Ce dernier a été blessé et conduit à l’hôpital. Voilà à quoi conduit la délégitimation du droit constitutionnel de grève, le mépris des travailleurs en lutte, la stratégie de pourrissement d’un mouvement social et de division des salariés par le chantage à l’emploi !

Ces faits témoignent de pratique managériale au sein de cette entreprise peu respectueuse des travailleurs. Les salariés en lutte sont décidés à y mettre fin, pour que chez OURRY on cesse de mépriser les salariés et de piétiner le dialogue social !

Les salariés d’OURRY sont à plus de 80% en arrêt de travail. Ils décident chaque jours de la reconduite de leur mouvement. Ils appellent les élus d’Est Ensemble, donneur d’ordre d’OURRY, à intervenir auprès de la société. En ce sens, la CGT 93 a écrit, ce jour, à Monsieur Cosme, Président d’Est Ensemble. Une délégation de service public ne peut s’accomplir au mépris des conditions des travailleurs.

Les salariés réitèrent leur demande d’ouverture rapide de négociation. Si la direction continue de refuser le dialogue, ils sauront, avec le soutien de la CGT 93, élever le rapport de force pour les salaires, les conditions de travail !

Contact :
Nicolas Renard : 06 89 61 70 27.
Bobigny, le 8 mars 2017.

Télécharger au format PDF

OURRY Noisy Le Sec 3ème jour de grève

Mentions légales -  Site réalisé sous Spip